À Bord de Time For Oceans

Le Skipper

Stéphane Le Diraison

Sportif de haut niveau et citoyen engagé pour les océans, Stéphane s’est construit en prenant très jeune le goût du large en solitaire. Méthodique et discret, l’idée qu’il courra un jour la mythique course en solitaire autour du monde, sans escale et sans assistance, ne l’a pas lâché́ depuis ses 17 ans.

En solitaire dés l’âge de 15 ans

Adolescent, il relève le défi de restaurer une épave récupérée dans une vasière pour 800 francs (122 Euros). C’est à son bord qu’il prend le large seul pour la première fois. S’évadant vers l’Angleterre, l’Espagne ou le Portugal à bord de son six mètres, il découvre le plaisir de la navigation en solitaire et n’en démordra plus.

Un parcours mûri

Depuis son plus jeune âge, l’environnement a toujours eu une place importante dans sa vie, et encore plus aujourd’hui étant papa de 3 enfants, ainsi que dans son travail. Il occupera un poste de responsable de l’activité énergies marines renouvelables, chez Bureau Veritas. Un emploi qu’il quitte en 2015 afin de réaliser son rêve de longue date et d’affronter une première fois le Vendée Globe en 2016.

Cap sur le Vendée 2020

En 2016, Stéphane prend le départ du Vendée Globe à bord de l’IMOCA Compagnie Du Lit-Boulogne Billancourt mais l’aventure s’arrête brutalement à mi-parcours suite à son démâtage. En bon marin il rallie Melbourne (Australie) sous gréement de fortune. (Installation d’une petite voile avec les morceaux du mât restant). Il repart sous de nouvelles couleurs pour sensibiliser à la protection des océans. Bien entraîné, Stéphane se tient prêt pour courir le Vendée Globe 2020 à bord de Time For Oceans : un message fort pour le skipper qui donne un nouveau sens à sa performance.

L'Équipe

L'équipe Time For Oceans

Stéphane est entouré d’une équipe dynamique, expérimentée et professionnelle qui l’accompagne au quotidien afin de l’aider dans la réussite de son projet. Il peut compter sur de nombreuses personnes aux compétences techniques, sportives ou organisatrices.

L’équipe : seul en mer, entouré à terre

Solène : la directrice de projet, le couteau suisse de l’équipe. Elle élabore la stratégie de développement de Time For Oceans aux côtés de Stéphane, tout en gérant les ressources humaines, la stratégie de communication, les partenariats, la logistique, l’administratif et les budgets.

Loïc : Boat Captain de Time For Oceans, il constitue un atout précieux pour la bonne préparation en mer comme à terre. Fort de ses cinq tours du monde, il apporte son expertise à Stéphane, en lui donnant des conseils et en l’aidant à optimiser son bateau.

Alexandre et Victor : Les préparateurs s’occupent des aspects techniques du bateau. Composites, matelotages, gréement, etc…Alexandre met au service du projet tout son savoir-faire et son expertise, tout en prenant soin à la bonne formation de Victor, préparateur junior. C’est avec efficacité qu’ils apportent toutes leurs compétences pour fiabiliser, optimiser, et sécuriser le bateau.

Le regard des jeunes générations sur les enjeux environnementaux est précieux pour mener à bien la démarche Time For Oceans. C’est pourquoi trois stagiaires (Noémie, Félix, et Kylian) aux consciences écologiques prononcées ont été recrutés pour l’année 2020 afin de travailler sur le projet de Stéphane.

Et beaucoup d’autres personnes qui aident Stéphane à mener à bien son projet, médiaman, webmaster, développeurs, éditeurs, graphistes, sportifs, partenaires, préparateurs physique, etc….

Le Bateau

C’est à bord de l’IMOCA avec lequel il a pris le départ du Vendée Globe 2016 que Stéphane s’engage pour l’édition 2020. C’est avec un nouveau roof qui lui offre une vraie casquette de protection, des nouveaux safrans et l’implantation de foils que Time For Oceans s’annonce fin prêt pour affronter de nouveau les mers du Sud. De quoi gagner cinq jours, selon Stéphane, à l’échelle du tour du monde !
Voici quelques informations techniques sur le bateau :

  • longueur : 18,28 mètres
  • largeur : 5,94 mètres
  • tirant d’eau : 4,50 mètres
  • hauteur du mât : 28 mètres
  • surface des voiles : 550 m2

La Quille :

Située sous la coque, elle permet de faire contrepoids et d’empêcher le bateau de chavirer. Elle permet également au bateau de remonter au vent

Les Safrans :

Ce sont des ailerons placés sous l’eau, ils sont reliés à la barre et permettent de diriger le bateau.

La coque :

Elle forme le flotteur, c'est-à-dire l'élément assurant la flottabilité et l'étanchéité. Elle permet aussi au skipper de stocker du matériel, de s’abriter et de cuisiner

La grand-voile :

Elle est la voile principale du bateau, elle est située à l’arrière du mât et fait environ 150m2 sur les imocas.

Les foils :

Ils sont des appendices qui permettent au bateau de de s’appuyer dessus et de s’élever au dessus de l’eau et donc de gagner de la vitesse.

Le ROOF :

Logement situé à l’arrière du bateau, permettant au navigateur de s’abriter.

Le bout-Dehors :

C'est est une barre fixe ou rétrac-table pointant à l'avant d'un bateau. Il permet d’installer une voile très en avant du bateau et contribue à avancer le centre de voilure..

Déplace les tuiles jaunes au bon endroit et découvre le nom de la partie du bateau

Drop

La Quille :

Située sous la coque, elle permet de faire contrepoids et d’empêcher le bateau de chavirer. Elle permet également au bateau de remonter au vent.

Drop

Les Safrans :

Ce sont des ailerons placés sous l’eau, ils sont reliés à la barre et permettent de diriger le bateau.

Drop

La coque :

Elle forme le flotteur, c'est-à-dire l'élément assurant la flottabilité et l'étanchéité. Elle permet aussi au skipper de stocker du matériel, de s’abriter et de cuisiner

Drop

La grand-voile :

Elle est la voile principale du bateau, elle est située à l’arrière du mât et fait environ 150m2 sur les imocas.

Drop

Les foils :

Ils sont des appendices qui permettent au bateau de s’appuyer dessus et de s’élever au dessus de l’eau et donc de gagner de la vitesse.

Drop

Le ROOF :

Logement situé à l’arrière du bateau, permettant au navigateur de s’abriter.

Drop

La Bôme :

C'est une barre horizontal, articulé à la base du mât, et qui permet de maintenir et d'orienter la grand voile

Drop

Le bout-Dehors :

C'est une barre fixe ou rétrac-table pointant à l'avant d'un bateau. Il permet d’installer une voile très en avant du bateau et contribue à avancer le centre de voilure..

1
2
3
4
5
6
7
8

L'équipement

À bord d’un bateau, le skipper doit être équipé pour pouvoir affronter tous les temps qu’il rencontrera durant son tour du monde. Voici les vêtements que Stéphane aura avec lui. Passe ta souris sur chacun d’eux pour découvrir son utilité.

Le Bonnet

Cet accessoire est bien utile pour que le marin garde la tête et les oreilles bien au chaud, en fonction de la météo.

La Vareuse

Avec elle le haut du corps est protégé. Elle est 100% étanche.

La Salopette

Elle permet au marin d’avoir le corps au chaud et au sec par tous temps.

Les Bottes

Dernier élément indispensable de l’habit du marin, elles permettent également d’avoir les pieds au chaud et de ne pas glisser sur le bateau.

La vie du marin

Sur les navires, il y a en permanence une personne qui surveille le bon déroulé du voyage. En effet lors des navigations les marins doivent s’assurer qu’aucun incident ne viendra perturber leur voyage: abordage, météo, etc…
Ils se relaient donc toutes les 4 heures. On appelle donc cela « les quarts » et il y en a 6 par tranche de 24 h :

  • 0-4 h du matin
  • 4-8h du matin
  • 8h-midi
  • 12-16h
  • 16-20h
  • 20h-Minuit

Le Vendée Globe étant une course en solitaire, voici ce que Stéphane devra assurer tout seul ! À toi de jouer et de faire défiler les quarts en déplaçant le point rouge.

Debout Stéphane

Stéphane peut être réveillé soit car son temps de repos est suffisant, soit par une alarme déclenchée par son ordinateur de bord en cas de problème : un OFNI détecté (Objet Flottant Non Identifié) ou un autre bateau/cargo se rapprochant du bateau Time For Oceans.

À la douche

En fonction de la météo, le marin prendra sa douche soit sous la pluie, soit avec l’eau du réservoir d’eau douce (filtrée par le désalinisateur) et en fonction de son emploi de temps cela peut-être très rapide.

Que dit la météo ?

Plusieurs fois par jour, le marin doit consulter la météo marine, afin de choisir le bon itinéraire et les bonnes voiles.

Il faut changer de voile

En fonction de la météo, le marin doit changer ses voiles, afin d’adapter son allure aux conditions climatiques. Une voile pèse en moyenne 80Kg, il faut compter 30 à 40 minutes pour un seul changement. Le marin embarque 8 voiles différentes dont une toute petite voile qui s’appelle la trinquette et qui est très utile lorsqu’il y a une tempête.

À table !

À bord, Stéphane doit obligatoirement se nourrir afin de garder de l’énergie, pour cela il dispose d’une petite casserole et d’un petit réchaud (comme pour le camping) ; tout en faisant attention à ne pas alourdir le bateau avec les 240 repas prévus. 80 jours x 3 (petit déjeuner, déjeuner et dîner).

Au dodo !

Pour que Stephane puisse bien naviguer, il est important qu’il se repose. Le temps de repos varie de 15 à 30 minutes en fonction de la météo et de l’endroit où il se trouve (au large, près des côtes).

Debout Stéphane

Stéphane peut être réveillé soit car son temps de repos est suffisant, soit par une alarme déclenchée par son ordinateur de bord en cas de problème : un OFNI détecté (Objet Flottant Non Identifié) ou un autre bateau/cargo se rapprochant du bateau Time For Oceans.

À la douche

En fonction de la météo, le marin prendra sa douche soit sous la pluie, soit avec l’eau du réservoir d’eau douce (filtrée par le désalinisateur) et en fonction de son emploi de temps cela peut-être très rapide.

Que dit la météo ?

Plusieurs fois par jour, le marin doit consulter la météo marine, afin de choisir le bon itinéraire et les bonnes voiles.

Il faut changer de voile

En fonction de la météo, le marin doit changer ses voiles, afin d’adapter son allure aux conditions climatiques. Une voile pèse en moyenne 80Kg, il faut compter 30 à 40 minutes pour un seul changement. Le marin embarque 8 voiles différentes dont une toute petite voile qui s’appelle la trinquette et qui est très utile lorsqu’il y a une tempête.

À table !

À bord, Stéphane doit obligatoirement se nourrir afin de garder de l’énergie, pour cela il dispose d’une petite casserole et d’un petit réchaud (comme pour le camping) ; tout en faisant attention à ne pas alourdir le bateau avec les 240 repas prévus. 80 jours x 3 (petit déjeuner, déjeuner et dîner).

Au dodo !

Pour que Stephane puisse bien naviguer, il est important qu’il se repose. Le temps de repos varie de 15 à 30 minutes en fonction de la météo et de l’endroit où il se trouve (au large, près des côtes).

75° 60° 45° 30° 15° 15° 30° 45° 60° 75°